Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

12mars 2024 - Le Gougnot

18 randonneurs

Jacques en bon chef de file guide le groupe (sur le trottoir) jusqu’au parking dit de la Tricotte. Là, nous empruntons la grimpette qui mène au Gougniot. Le sentier se rétréci après la dernière maison et devient vite cabossé : le ruissellement des eaux grignote petit à petit le sable et poli les gros cailloux qui deviennent glissants (il a plu dans la nuit). Ça nous fait un bel exercice d’équilibre et les bâtons sont utiles.

Comme dit la chanson « y a les bourgeons qui bourgeonnent, les oiseaux font cui, cui, cui » ; ça sent le printemps : les violettes et les primevères bordent le sentier, ainsi que les hellébores dont la corolle vert pâle se pare d’une jolie bordure bordeaux.

Petite pose à la grotte que les messieurs font visiter aux nouvelles randonneuses. On boit un coup car la montée n’est pas terminée.

On s’arrête au belvédère du Gougniot, nous ne nous se lassons pas d’admirer notre belle vallée, et, en contrebas : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 chamois sortent du taillis, traversent le pré et sautent par-dessus la clôture du parc à moutons. Ces moutons qui lorsque c’est nécessaire sont déplacés dans la vigne et font office de tondeuse à gazon.

Nous prenons le sentier qui borde la falaise en direction des vignes de Loray, il est bien entretenu et confortable pour les pieds et les articulations. A la bifurcation, nous prenons le chemin blanc sur notre gauche. Ouf, la montée est terminée. Des petites maisonnettes bien plantées à droite attendent le soleil et leurs occupants du week-end.

Il faut redescendre, par ce petit sentier pentu à gauche, attention ça glisse, qui débouche sur un chemin parallèle. Brigitte sort le goûter, de bons fruits secs qu’elle offre à tout le monde. Avec elle on n’a jamais faim…

Ce chemin desservait d’anciennes vignes. Nous continuons tout droit passons au-dessus de la grotte et retrouvons le chemin cabossé du départ.

Avant d’entrer dans la cité, Philippe nous demande de poser pour la photo, ce que tout le monde accepte volontiers.

Et mardi prochain nous irons à la Baume Bourlat, les jonquilles sont sans doute fanées… dommage… avec ce réchauffement climatique c’est difficile de faire des prévisions, mais on a toujours le plaisir de se retrouver.

Mimi

 

Voir les photos

Météo

lundi 15 avril 2024

à Ornans, France

  • min 10°C
  • max 16°C